Le mardi 15 octobre à 7H du matin 3 gendarmes sonnent à la maison et nous indiquent qu’ils viennent effectuer une perquisition( mais ils ne nous montrent aucun papier précisant leur mission)

Arrivés à la maison, ils fouillent les placards ,les armoires et les armoires de toilette. Regardant mon répertoire téléphonique, ils photographient les pages A (ADMD) et U (ultime liberté). Ensuite, ils me demandent d’allumer mon ordinateur et photocopient tous les messages émanant de l’ADMD ou d’Ultime Liberté. Ils partent ensuite en nous convoquant à la gendarmerie de Clapiers à 10h!

À l’heure prévue, nous nous rendons à la brigade de gendarmerie où nous sommes interrogés  séparément, ma femme dans un bureau et moi dans un autre. Les questions principales sont celles

d’un questionnaire déjà imprimé sur leurs P.C. Elles concernent en particulier:

  1.  la façon dont nous avons pu nous procurer une adresse pour commander  le produit recherché.
  2. l’utilisation prévue du produit
  3. savoir si nous avions des membres de nos familles qui s’étaient suicidés.

 Mes réponses:

  1. c’était après une réunion en discutant avec les personnes présentes sans citer de nom
  2. J’ai indiqué que j’avais une belle soeur en EHPAD à Montpellier et que je ne voulais en aucune façon vivre ce qu’elle supportait ( elle est décédée dans la nuit de samedi à dimanche).Que je ne voulais pas aller en Suisse ou en Belgique, mais mourir dans ma maison lorsque le moment sera venu.

 Entre deux questions j’ai appris qu’is étaient « missionnés » par les douanes qui étaient à la recherche d’un réseau international.