QUI PORTE PREJUDICE À L’ASSOCIATION ?

QUI PORTE PREJUDICE À L’ASSOCIATION ?

Ce 28 mai dernier, une procédure d’exclusion a été entamée par la présidente à l’encontre de 2 adhérents : Françoise Conte et Jean Brissonnet. Cette exclusion sera, à n’en pas douter, prononcée le 28 juin prochain, après que les 2 mis en cause auront été invités à s’expliquer lors d’une visio-conférence avec le CA. ‟À n’en pas douter″ parce qu’ils ont certainement dû, à force de lancer des alertes sur les dérives autocratiques du couple dirigeant, contrevenir à quelque disposition d’un règlement intérieur pour qui tout ce qui n’est pas explicitement autorisé est interdit.

QUI PORTE PREJUDICE À L’ASSOCIATION ?

FRANÇOISE CONTE ET JEAN BRISSONNET ?

Le crime de lèse-majesté qu’ils sont accusés d’avoir commis est un motif grave d’exclusion qui a pour nom ‟avoir une attitude préjudiciable à l’association″. Pour ceux de nos lecteurs qui ne les connaîtraient pas, Françoise et Jean, ces deux membres historiques d’Ultime Liberté, ont eu l’audace de présenter aux élections de l’année passée des candidatures groupe UL2020, recueillant 40% des suffrages exprimés.

QUI PORTE PREJUDICE À L’ASSOCIATION ?

LE COURANT RENOUVEAU & DÉMOCRATIE ?

Forts de ce résultat, ils ont lancé le courant Renouveau & Démocratie (CRD), qui a l’intention de présenter cette année 10 candidats sur la base d’un programme qui représente une véritable alternative à des méthodes de gouvernance qui visent à ôter progressivement aux adhérents toute possibilité d’expression et d’échanges. 

Il apparaît, au vu de l’exposé des motifs, que les initiateurs et le courant soient indistinctement désignés, non pas tant pour être coupables de porter préjudice à l’association, que pour porter préjudice à Claude Hury elle-même, qui incarne à elle seule Ultime Liberté. Ne pouvant exclure un courant, elle demande l’exclusion de ses fondateurs. Mais voyons plutôt…

LES MOTIFS INVOQUÉS :

1/ Contestations systématiques des décisions prises par la présidence et/ou les instances dirigeantes

Laissons de côté la nuance inexistante entre des décisions prises par ‟la présidence et/ou les instances dirigeantes″ tant depuis un an nous n’avons jamais vu adopter que des décisions votées à l’unanimité du Conseil d’administration sur proposition de la présidence. Venons-en aux faits : après avoir verrouillé les statuts et le RI, en décidant de supprimer en début d’année la liste de diffusion qui restait le seul moyen vivant d’échange non ‟modéré″ entre les adhérents, la direction a tout simplement interdit tout débat et toute parole non conforme. Comment se plaindre ensuite que des opinions opposées à la pensée unique des dirigeants n’apparaissent comme ‟contestations systématiques″ ?

En bâillonnant la démocratie au sein d’UL,

QUI PORTE SYSTÉMATIQUEMENT PRÉJUDICE À L’ASSOCIATION ?

2/ Propos outranciers tenus à l’encontre de la Présidente et des membres du CA

Nous rappelons tout d’abord que, selon le dictionnaire, des propos outranciers sont des propos qui poussent les choses à l’excès. Le CA pourra juger que dans les 9 courriels mentionnés à l’appui de cette accusation la formulation de certaines appréciations ou analyses est excessive, mais cet excès est dû au sujet lui-même (illégitimité des statuts, demande de démission de la présidence suite aux perquisitions, etc.) et ne porte atteinte ni aux instances dirigeantes ni aux personnes qui les constituent. Par contre :

En niant statutairement tout rôle effectif à l’AG des adhérents dans la définition de la politique d’UL,

QUI PORTE OUTRANCIÈREMENT PRÉJUDICE À L’ASSOCIATION ?

 3/ Utilisation du nom et du sigle Ultime Liberté sans autorisation de l’association et / ou de ses dirigeants sur le site, dans la correspondance du CRD, dans son appel à collecte.

Le CRD n’est pas une association dans l’association, c’est un collectif. Il regroupe des adhérents à Ultime Liberté, soucieux de participer à la bonne marche et au développement de leur association. À ce titre, il a le droit de créer un site web identifié sur sa page d’accueil comme ‟Courant Renouveau & démocratie d’Ultime Liberté″ – ce qui exprime clairement ce statut de groupe d’adhérents – et de lui donner une adresse URL (www.ultimeliberte.info) qui n’est pas, contrairement à www.ultimeliberte.net ou .fr, la propriété d’UL en tant que telle. Il n’y a donc pas de confusion possible, et c’est faire injure à l’intelligence des adhérents que de le laisser croire.

En portant, dans une intention évidente de purge, ces accusations irrecevables contre des membres qui ont toujours défendu les valeurs d’Ultime Liberté

QUI PORTE ABUSIVEMENT PREJUDICE À L’ASSOCIATION ?

Au regard de ces 3 motifs, le CA n’aura en aucune façon matière à pouvoir juger de de la pertinence de l’exclusion de Françoise Conte et de celle de Jean Brissonnet exigées par Claude Hury.

L’ÉQUIPE D’ANIMATION DU CRD – Le 04 juin 2021

Commentaires : 3

  1. DD31 dit :

    Mettre en place de lourdes procédures d’exclusion alors qu’il aurait été si simple de ne pas renouveler l’adhésion à Ultime liberté de Jean Brissonnet et Françoise Conte, puisque, oui, les nouveaux statuts permettent de radier un adhérent sans lui fournir d’explication, ça rime à quoi ?

    Quand ceux qui « jugent » sont aussi partie dans ces procédures, qui croira en leur impartialité ? Lors de la présentation des nouveaux statuts, j’ai suggéré sur la défunte liste de discussion, voilà plus d’un an, que des adhérents tirés au sort soient ceux qui évaluent les torts de leurs pairs.

    Faire de l’une une virago, de l’autre un escroc sans qu’ils aient la possibilité de donner leur version aux adhérents, alors que Jean Brissonnet est mis en examen pour avoir cru dans l’article 1 des statuts d’Ultime liberté, voilà qui en dit long sur la démocratie et la solidarité à l’oeuvre dans l’association.

    Les prochaines élections auront-elles lieu à Chaumont, Moscou ou Téhéran ?

    • Françoise Conte dit :

      Le commentaire précédent imagine que le CA peut refuser une RE-ADHESION. C’est une erreur, il ne peut que refuser une adhésion.

      Je vous invite à aller me lire dans “chroniques personnelles”, à ce sujet. Vous y verrez que cette subtilité a conduit le CA à des actions assez sournoises lors de ses deux derniers mandats.

      Françoise

  2. Françoise Coonte dit :

    Dans mon commentaire précédent, j’évoque des actions sournoises du CA. Voici le lien qui permet de lire le détail :
    https://ultimeliberte.info/index.php/2021/06/10/comment-devient-on-adherent-dultime-liberte-comment-se-perd-cette-qualite/#comment-168

    Françoise, exclue d’UL le 1er août 2021, maintenue depuis par le CRD comme collaboratrice sans droit de vote

Ajoutez votre commentaire